Sortir de l’ego et de la peur

Cette pandémie de coronavirus nous a tous secoué dans tous les sens, jusqu’à nous diviser en deux clans : les « pro » contre les « anti ». Une guerre de l’EGO de tous les diables, si j’ose l’expression.

Pourquoi je dis cela ? l’EGO ou le mental, en sanskrit, les deux se disent AHAM KARA « Je suis ».

L’EGO adore coller des étiquettes, parce qu’il juge constamment et critique allégrement. Il ne voit jamais la poutre dans son œil et veut enlever la paille dans l’œil de l’autre. Il déteste se remettre en question et demander pardon. Des exemples ?

  • Je suis un être humain
  • Tu es invivable
  • Il/elle est stupide
  • Nous sommes nombreux
  • Vous êtes européens
  • Ils sont machiavéliques

Transcender l’EGO est très simple en répondant à cette question : qui suis-je en réalité ? Cela demande de retirer toutes les étiquettes connues, courantes, convenables et chercher la réponse à l’intérieur de soi-même. Ce processus peut être long ou rapide, tout dépend de sa capacité à voir clairement, à discerner le bon grain de l’ivraie.

Une huile essentielle qui aide vraiment à trouver cette vérité au fond de soi et de la dire sans émotivité est la coriandre. Quelques gouttes dans les mains, frotter et masser le cou et la nuque. Poser les mains sur le plexus solaire et le cœur et faire quelques respirations profondes les yeux fermés et go ! La coriandre aide à la digestion, équilibre les émotions et est antiseptique.

Le mental est nourri de quoi ? L’information, la théorie. La théorie sans la pratique ne pourra jamais être intégrée et nourrir la foi. Croire n’est pas la foi. La foi, elle se vit au quotidien par un total abandon à la VIE. Concrètement, nous sommes entre notre mère la terre et notre père le ciel, entre nos parents divins, rien ne peut nous arriver. Avec le soutien de la terre mère qui est solide, fertile, abondante, nourricière et la protection de notre père céleste qui éclaire notre chemin et nous met sur la route toute sorte d’expériences qui sont censées nous renforcer. Nous sommes donc en totale sécurité.

Voici une métaphore. Quand on plante une graine dans la terre, sans soin quotidien, cette graine livrée à elle-même, mettra du temps avant de donner des fruits, voire jamais. En revanche, si on en prend soin, qu’on l’arrose tous les jours (actions), elle germera et donnera une frêle pousse. Grâce à cet amour et de bons soins (persévérance), cette pousse grandira jusqu’à donner un bel arbre qui donnera de beaux fruits (résultats des actions = la récompense de tous les efforts fournis). C’est là que le miracle se produit. D’une graine, avec du temps, des soins et de l’amour, on obtient de beaux fruits. La foi c’est savoir que tout ira bien si on fait confiance à la nature et qu’on agit avec le cœur (=sans peur), on s’ouvre naturellement à la vie.

La tête (cerveau) a été placé au-dessus du corps et est le lieu de la conscience (pensées, mental). Ce mental qui juge en permanence. Ce mental ressemble à un adolescent en pleine crise.

Le mental est orgueilleux, manipulateur, arrogant, narcissique, pervers, accusateur, menteur, se croit supérieur (avec tous ses diplômes)… « Diviser pour mieux régner » c’est son crédo. Le mental aime porter des masques, c’est comme les étiquettes c’est pour plaire à tout le monde…..et ça le rassure aussi. Le mental n’aime pas la vérité, car il aime le pouvoir et dominer avec ses mensonges.

Le mental est aussi paresseux, il préfère rester sur ses acquis et clamer haut et fort « je sais », sans remettre en question quoi que ce soit et encore moins se mettre en mouvement, chercher la vérité et passer à l’action. Qui n’a jamais eu cette idée lui traverser l’esprit ? « Oh, je suis fatigué, je le ferai demain » et demain n’arrive jamais – ah, procrastination quand tu nous tiens ! Il lui faudra alors des arguments en béton armé pour se lever et passer à l’action. Avec beaucoup d’amour, on prend son courage à deux mains, ça marche très bien. Au-dessus de notre bien-aimé plexus solaire, se trouve notre chakra cœur où réside l’amour, l’immunité et le divin.

DONC !! Une bonne chose à faire régulièrement, c’est de faire le tri dans ses croyances, ses idées préconçues, ouvrir les yeux, car le plexus solaire dirige aussi la vision, VOIR la réalité en face. Pour gagner en discernement, il suffit de CHANGER de lunettes ou carrément de les enlever. CHANGER de perspective, rentrer dans l’observation, élargir son champ de vision et se poser la question qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui est fiction. Le cerveau ne fait pas la différence entre le réel et la fiction (manipulation de la vérité). La preuve quand on regarde un film, on rentre dans l’histoire, on ressent ce que les acteurs nous racontent ; un film touche et manipule nos émotions. Nos larmes sont bien réelles.

Là aussi une astuce est de faire une cure de 40 jours avec l’hydrolat de Ledum, à raison d’une cuillère à soupe dans un litre d’eau et boire sur la journée pour gagner en clarté mentale et s’ouvrir à d’autres perspectives. Le Ledum régénère le foie (colère) et soutient les reins (peurs)

Le rôle du plexus solaire est de transformer, trier l’information de la même manière qu’il digère un repas avec en cascade toutes les enzymes sécrétées par les différents organes qu’il contrôle et gère (estomac, foie, vésicule biliaire, duodénum, pancréas, rate) pour au final laisser passer les bons nutriments nécessaires à nourrir l’ensemble du corps pour que ce corps ait l’énergie nécessaire d’accomplir sa mission. Sacré boulot !

Une bonne question à se poser, c’est quelle nourriture je veux donner à mon corps ? ce qui le fatigue, le rend paresseux ou ce qui lui donne la pêche et l’envie de croquer la vie ? L’alimentation est la base de la vie et de la santé.

Pour l’information, c’est pareil. Voulez-vous nourrir votre esprit avec la peur ? ou avec la chaleur et l’amour de votre entourage ?

Ce choix est le libre-arbitre. C’est OK si certains choisissent la peur, pourquoi pas, c’est une expérience intéressante à vivre. Cela dit, la peur conduit souvent à des dépressions, déclenche des maladies et éloigne de la réalité, le monde se restreint à sa zone de confort.

La peur a un besoin viscéral d’être rassurée. Ce qui rassure la peur, c’est de penser pareil que la majorité, sinon une nouvelle peur vient se rajouter : la peur d’être jugé, la peur d’être rejeté, peur de la solitude. La peur a peur de ce qui fait peur. La peur restreint le champ de vision et de facto, il devient plus difficile d’avoir une vision globale sans prendre du recul. La peur est très mauvaise conseillère.

En réalité, c’est l’amour qui rassure la peur. Comme un enfant qui fait un cauchemar se rendormira grâce à l’amour de sa mère ou de son père qui le prendra dans ses bras.

L’attitude qu’on prend face à la peur est un choix. On peut aussi prendre du recul et observer dans l’ensemble tous les paramètres pour voir si la peur est justifiée ou pas.

Qu’est-ce qu’on a envie de vivre ? Une vie dans la peur ou une vie dans l’amour ? Comment sortir de la peur ? Prendre du recul, observer la réalité palpable et concrète autour de soi, remettre en question les croyances et reprendre contact avec le vivant. Car le vivant est une vérité concrète et palpable, donc facile à croire. Je ne crois que ce que je vois (St-Thomas).

Et pour voir plus loin, il faut sortir de sa zone de confort et aller au contact, à la rencontre de l’autre, échanger. Eh oui, il faut faire confiance la première fois, comme un enfant qui ose et tente des trucs, pour se mettre en action. C’est aussi comme cela qu’on passe de la théorie à la pratique. Personne n’a dit que c’était facile. Par contre, tout le monde a oublié l’enthousiasme de l’envie de découvrir le monde de quand il était enfant. Disons qu’avec la confiance c’est encore plus facile. Avoir la capacité de rebondir vite quand tout s’écroule et essayer d’autres stratégies. Einstein disait « la folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent ». Cela veut dire qu’il est nécessaire de CHANGER des choses, voir d’autres options, être attentif aux opportunités (merci Père céleste), vivre dans l’instant présent. C’est tout simplement vivre avec la conscience dans le cœur, vivre au rythme du cœur. Les battements du cœur perdent harmonie et régularité avec la peur. Le cœur c’est le courage d’aller avec la vie.

Voici quelques moyens simples de se remettre dans le temps présent, en présence à soi et apaiser les émotions vives (colère, peur) :

  • Faire une balade dans la nature (forêt, lac, prairie, rivière, montagne…), s’asseoir un instant, fermer les yeux, le visage tourné vers le soleil et respirer profondément les oreilles grandes ouvertes aux bruits de la nature
  • Serrer dans ses bras un arbre, les yeux fermés et le visage collé à son tronc, sentir son énergie circuler et le remercier pour tout l’oxygène qu’il produit pour nourrir toutes nos cellules
  • Pieds nus dans une rivière froide et rester jusqu’à ne plus ressentir le froid
  • Et si la nature est trop loin de chez vous, prendre une douche froide pendant 2 à 3 minutes. Ça requinque très vite, apaise l’esprit, rend joyeux, pétillant de vie, et c’est super addictif.

L’EGO (mental) doit intégrer qu’il est là pour apprendre, se remettre en question pour faire mieux, quand ses stratégies sont foireuses et avancer pour évoluer vers la vérité (le cœur). Et en vérité, on est quoi ? des êtres d’amour. L’AMOUR s’il ne servait à rien, on ne nous l’aurait pas donné ! Et l’amour est où ? Dans notre cœur ! L’amour sauve donc de la peur.

C’est parfois difficile de sortir de la peur. Qu’y a-t-il derrière cette porte ? Il faut l’ouvrir pour le savoir. Oh tiens, encore une peur, la peur de l’inconnu. C’est fatigant à la longue, vous ne trouvez pas ? Ne rien faire et se conformer à la norme, ne sauvera personne et encore moins soi-même. Quel cercle vicieux ! Surtout si le mental est nourri en permanence avec l’information PEUR. Il faut OSER la première fois, faire un ACTE de FOI, même si le premier coup n’est pas parfait, même si on a transpiré toute sa flotte, même si la peur nous paralyse. Prendre son courage à deux mains. La peur, elle se dépasse, en agissant.

Le plus sage est de commencer par éteindre la TV, radio. ensuite de se recentrer à l’intérieur de soi. C’est au fond de soi-même que réside la paix. La nuit fait peur. Les tempêtes font peur. La lumière amène la paix. La peur est une illusion du cerveau. Comme la douche froide, au début on est sous le choc de la température, puis seconde après seconde, le corps s’habitue et devient confortable. Au bout de 3 minutes, on ne sent plus le froid. Et quand on sort de la douche, on sent toute la vie s’activer à l’intérieur de soi jusqu’à la surface de notre peau. On est une nouvelle personne.

Une légende soufie raconte : « La Peste était en route pour Bagdad quand elle a rencontré Nasruddin. Où vas-tu ?, demanda Nasruddin. La Peste répondit : A Bagdad pour tuer dix mille personnes. Plus tard, la Peste croisa de nouveau Nasruddin. Très en colère, ce dernier lui dit : Tu m’as menti. Tu as dit que tu tuerais dix mille personnes et tu en as tué cent mille. Et la Peste répondit : Je n’ai pas menti, j’en ai tué dix mille. Les autres sont mortes de peur ». Moralité, la peur tue plus de gens que la maladie elle-même.

Revenons à nous. Nous voulons vivre ou mourir ? Nous voulons la santé ou la maladie ? Il est temps de faire son choix.

Je rappelle que l’immunité c’est l’affaire du chakra cœur qui grâce à cet organe, ô combien noble, le cœur permet de VIVRE. Ce choix si important est pourtant tellement simple. Choisir la vie me semble logique, même si cela n’est pas toujours facile.

Chacun a son libre-arbitre pour choisir ce qu’il/elle veut, sans qu’il/elle soit jugé pour ses choix. Le cœur ne divise pas pour régner, il vit au rythme de ses battements qui lui permet d’aspirer le souffle divin, qui nous donne l’enthousiasme de vivre. Il est nourri par l’amour de soi qui n’est autre que les retrouvailles avec son essence divine. Son expérience est le NOUS, le « ensemble », l’humanité. Nous sommes les cellules d’un même corps, qu’on appelle l’humanité. Si nous avons peur, nous contaminons notre environnement et la zone s’infecte. Si nous avons confiance et agissons avec amour, nous guérissons tout simplement.

Nous sommes le sauveur. Une huile essentielle sympa à utiliser pour apprécier à nouveau le NOUS est le gingembre cassumunar, en olfaction et/ou application sur la zone du cœur. Le gingembre cassumunar équilibre les émotions excessives, décongestionne les voies respiratoires et lutte contre les inflammations.

Le corps est le temple de notre âme : « Prends soin de ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester », dit le proverbe indien. Le Divin réside dans le cœur de chacun. Il est temps de se poser les bonnes questions et retrouver du BON SENS : mens sana in corpore sano, un esprit sain dans un corps sain et lui apporter de la bonne nourriture et de la bonne information !

Prenez soin de vous et soyez en paix !

Alexandra Missirlian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *