Prenez soin de votre peau

Une peau belle à croquer

La peau est un organe à part entière. Elle a une épaisseur de 1 à 4 mm, sa superficie varie entre 1,5 et 2m2 et son poids peut aller jusqu’à 4kg. La peau est notre enveloppe qui marque la frontière entre notre corps et le monde extérieur. Par conséquent, la peau est un organe important et aussi celui qui est le plus exposé aux agressions extérieures.

Comme chaque organe, elle a un rôle particulier à jouer pour que tout le reste à l’intérieur puisse bien fonctionner. D’où la nécessité d’en prendre bien soin.

Son rôle de protection

La peau est là, en effet, pour nous protéger des agressions telles que la chaleur ou le froid et la sécheresse. Le système immunitaire est d’ailleurs bien présent dans ses strates où il patrouille sans cesse pour nous protéger contre les micro-organismes. Une peau en déséquilibre devient décolorée, trop sèche, grasse ou enflammée et signifie que le système immunitaire est affaibli. La coloration de la peau due à la mélanine protège notre ADN comme un parasol face aux agressions et aux effets délétères des radiations solaires et lumineuses, les fameux UV. Les annexes comme les poils et les cils assurent aussi une certaine forme de protection contre les poussières extérieures.

En Ayurveda, la peau est le reflet du 1er tissu vital (RASA-DHATU), elle nous montre l’état de digestion des aliments ingérés. Des aliments sucrés et les mauvaises graisses ont un effet négatif sur ce Dhatu et amènent la sécheresse générale. En revanche, l’eau chaude, les jus de légumes, les fruits frais, l’aloé vera, les soupes de légumes et les algues sont excellents pour la santé de ce Dhatu. Et pour rendre la peau belle à croquer, rien de tel que les massages quotidiens à l’huile avant la douche et si besoin nourrir et hydrater la peau avec des crèmes naturelles BIO comme la crème Sarira de Lakshmi.

Son rôle d’absorption

Si nous nous nourrissons correctement, nous permettons à notre peau de nous maintenir en bonne santé. Pourquoi les traitements (massages) ayurvédiques passent-ils tous par la peau ? C’est que cette médecine a compris depuis bien longtemps cette fonction absorbante de la peau et l’utilise à des fins thérapeutiques pour soigner toutes les maladies. Des massages quotidiens avec une huile adaptée à sa constitution protègent et renforcent le système immunitaire. Les thérapies comme la sudation (hammam, sauna, bains) vont aussi apporter les bienfaits de détoxication.

Vous préservez votre capital-santé en vous huilant tous les jours et vous pouvez aussi vous soigner en appliquant des huiles médicinales personnalisées. Quand on a mal à une articulation, le plus logique est d’appliquer une huile médicinale sur la zone en question au lieu d’avaler des comprimés !

Son rôle sécréteur

Ce rôle est tenu par les glandes sébacées qui sécrètent une substance permettant de lubrifier la peau et par les glandes sudoripares d’éliminer les toxines. Cette fonction est très liée à autre organe, le foie ! Plus le foie se porte bien et fonctionne parfaitement et plus la peau sera belle, lumineuse et sera le reflet de la beauté intérieure. Suivant la constitution de chacun, la peau sera naturellement belle, douce, lumineuse, et à tendance sèche (Vata), grasse (Kapha) ou sensible (Pitta).

Structure de la peau

La peau est formée de deux types de tissus : épiderme et le derme. En surface, l’épiderme est composé d’un épithélium stratifié, capable de se kératiniser, c’est-à-dire de se durcir. Le derme, sous-jacent, est constitué de tissu conjonctif dense. Juste sous la peau se trouve le tissu sous-cutané appelé hypoderme, constitué essentiellement de tissu adipeux. Il relie la peau aux structures sous-jacentes.

L’épiderme

En anatomie, l’épiderme – du grec epi et derma qui signifie « sur » la « peau » – est la couche superficielle de la peau dont la surface est formée de cellules mortes kératinisées qui desquament. Il est formé d’un tissu épithélial stratifié, kératinisé, pavimenteux, squameux et non vascularisé qui recouvre le derme – conjonctive recouvrant l’hypoderme, tissu profond de la peau.

Son origine embryologique est dans l’ectoderme, feuillet externe de l’embryon. Au cours de son développement, l’ectoderme se sépare en deux tissus : l’épiderme et le neuro-ectoderme. Comme quoi la peau serait notre 3ème cerveau !

Chez l’humain, l’épiderme est composé de cinq couches cellulaires, ou strates, superposées, qui sont, en partant de l’extérieur :

  • la couche cornée (stratum corneum) est constituée de cellules très épaisses, les cornéocytes, qui ne possèdent pas de noyau et sont remplies de kératine (protéine fibreuse qui confère sa dureté à l’épiderme). Ces cellules sont jointives sauf sur la partie superficielle, où elles se tassent.
  • la couche claire (stratum lucidum) où les cellules y sont jointives et claires car leur noyau disparaît, remplacé par une vacuole.
  • la couche granuleuse (stratum granulosum) est la plus foncée, contenant trois ou quatre assises de cellules. Ces cellules contiennent des grains de kératohyaline (précurseur de la kératine).
  • la couche de Malpighi ou couche épineuse (stratum spinosum) contient :
    • des kératinocytes (cellules produisant de la kératine) sont extrêmement dynamiques et subissent une prolifération et une différenciation permanentes aux termes desquelles elles se transforment en cellules mortes (les cornéocytes), s’éliminant régulièrement par desquamation.
    • des mélanocytes (cellules produisant de la mélanine responsable de la pigmentation cutanée)
    • des terminaisons nerveuses (sensation du toucher)
    • des cellules de Langerhans (macrophages qui phagocytent les impuretés et sont impliqués dans les dermatites de contact et les phénomènes inflammatoires)
  • la couche basale (stratum germinativum), où les kératinocytes forment une seule assise de cellules, tenues entre elles par des desmosomes. Elle est fixée au derme sous-jacent et reçoit des nutriments par diffusion. C’est la couche qui se divise continuellement pour produire chaque jour des millions de cellules. Ces cellules vont migrer vers la couche la plus superficielle. Au fur et à mesure de leur migration, elles s’aplatissent, se remplissent de kératine, synthétisent une protéine imperméabilisante, puis meurent.

La transformation cellulaire se déroule en trois ou quatre semaines (21 à 28 jours).

L’épiderme est avascularisé et recouvert d’un film hydrolipidique — le sébum, produit des glandes sébacées du derme — qui le protège des agressions extérieures. D’où l’importance d’appliquer sur la peau des produits naturels BIO qui respectent l’écologie de notre peau mieux que les produits synthétiques.

D’autres cellules dans la couche basale (les mélanocytes) synthétisent de la mélanine, facteur protecteur contre les UV. Plus on s’expose au soleil, plus on sécrète de mélanine. La mélanine fonctionne comme un parasol pigmentaire qui protège l’ADN de la cellule contre les agressions du soleil.

Dans la logique ayurvédique, le soleil est le symbole du feu (Tejas). On retrouve cet élément dans le feu digestif (Agni) et dans le Dosha Pitta. La saison où cet élément prédomine est donc bien l’été. Le Dosha Pitta siège dans cinq zones du corps (le foie, le sang, le cœur, les yeux et la peau). Voici une astuce pour limiter un coup de soleil, couvrez-vous la tête avec un chapeau et évitez les lunettes de soleil. Cela permettra à votre cerveau d’enregistrer que dehors il y a du soleil et qu’il doit donner l’ordre à la peau de se protéger en produisant davantage de mélanine. Cela n’évite pas le coup de soleil, mais retardera son apparition, vous laissant le temps de vous appliquer une crème solaire adéquate, voir la gamme Sunveda de lakshmi.

Le derme

source de l’image : http://biologiedelapeau.fr/spip.php?page=forum&id_article=29&id_forum=163

Le derme est une enveloppe résistante et flexible qui couvre et maintient tout l’organisme à la manière d’un collant. Il est formé de deux couches : la zone papillaire et la zone réticulaire.

La zone papillaire : située sous l’épiderme, forme dans sa partie supérieure une zone bosselée en raison de petite papilles qui s’imbriquent dans l’épiderme. Ces papilles contiennent des vaisseaux sanguins (responsables de la régulation de la température corporelle) des récepteurs au toucher et à la douleur. Ces papilles forment sur la plante des doigts les empreintes digitales

La zone réticulaire : représente la couche profonde, elle contient des vaisseaux sanguins, les glandes sudoripares et les glandes sébacées, des récepteurs à la pression.

Le derme contient également des fibres collagènes (responsables d’attirer et fixer l’eau), des fibres élastiques (responsables de l’élasticité de la peau). Avec l’âge, le nombre de ces fibres diminuent, c’est pourquoi notre peau se ride et devient flasque.

La couleur de la peau dépend de :

  • la quantité et du type de mélanine sécrétée par les mélanocytes
  • la quantité de carotène trouvé dans l’épiderme
  • la quantité d’oxygène lié à l’hémoglobine

Les annexes

Les annexes comprennent les glandes cutanées, les poils et les ongles. Chacune de ces annexes dérive de l’épiderme.

Les glandes cutanées

Toutes les glandes cutanées sont des glandes exocrines, c’est-à-dire que leurs sécrétions sont déversées à l’extérieur du corps. On distingue deux types de glandes :

les glandes sébacées. On les trouve partout sauf sur la paume des mains et la plantes des pieds. Leur conduit excréteur est souvent associé à un poil. Elles sécrètent le sébum, substance huileuse qui assouplit la peau et lubrifie les poils et qui contient des substances bactéricides. Les glandes sébacées sont particulièrement actives pendant la période de l’adolescence.

les glandes sudoripares. Chaque individu en possède environ 2,5 millions. Elles sécrètent la sueur qui est constituée d’eau, vitamine C, minéraux, quelques déchets métaboliques comme l’urée. Elles participent au maintien de la température en évacuant la chaleur vers l’extérieur. Certaines glandes sudoripares sont plus spécifiques comme dans les régions axillaires et génitales. Elles deviennent actives au moment de la puberté et sont responsables de l’odeur dégagée dans ces endroits.

Les poils

Des millions de poils recouvrent notre corps, mais leur intérêt n’est pas très grand, en dehors de la protection des yeux par les cils et le filtrage des particules nasales. Le poil est le produit de la division de cellules épithéliales de la couche basale. Il est formé d’un follicule, une racine, une tige et un muscle érecteur (on s’en aperçoit quand on a la chair de poule). Il est pigmenté et couvert de kératine. Sa croissance se fait vers l’extérieur à raison de 0,9 à 1,3 cm par mois.

Les ongles

Un ongle est une modification écailleuse de l’épiderme. Il a une partie visible et une partie enfouie (la racine de l’ongle). L’ongle se forme par prolifération de cellules dans sa matrice. Les cellules se remplissent de kératine au fur et à mesure qu’elles sont poussées vers l’extérieur. Tout comme le poil, les ongles sont essentiellement composés de matière morte.

Conclusion

La peau est un organe sensible, respirant, vivant constamment agressé et dont il faut prendre particulièrement soin, par une bonne hygiène de vie et par des soins locaux appropriés avec des produits 100%BIO naturels

Les poisons dans les produits cosmétiques et alimentaires

Nous sommes quotidiennement entourés de nombreux composants chimiques toxiques, dans les produits cosmétiques, les produits de nettoyage et même les aliments. Il n’est pas évident d’analyser les étiquettes des produits. De nouvelles substances arrivent quotidiennement sur le marché. Les conséquences de toutes ces toxines sur notre santé et notre beauté sont néfastes, et l’ampleur des dégâts est difficilement mesurable. Les informations suivantes ont été tirées d’une recherche effectuée par PhD Nina Silva aux USA.

La réalité est que notre organisme n’a jamais été prédisposé à ingérer ou à transformer des substances synthétiques et chimiques présents dans les produits du quotidien.

Que mange ta peau quotidiennement ?

Les composants suivants ne sont pas biocompatibles. Ce qui signifie que notre organisme ne peut ni les métaboliser si les assimiler. Notre corps refuse ces substances. Une utilisation quotidienne cutanée provoque :

  • Hypersensibilité cutanée
  • Dermatoses
  • Asphyxie de la peau
  • Déséquilibre de la peau : elle perd son élasticité, sa tonicité, les pores se dilatent et la peau s’infecte et n’arrive plus à métaboliser les principes actifs nutritifs

Les systèmes immunitaires et nerveux ainsi que la santé générale sont en danger

Les substances les plus incriminées sont :

Dérivés des huiles minérales (pétrole) : Paraffine, petrolatum, huile minérale, vaseline, iso-paraffine, glycérine (la plupart du temps elle n’est pas végétale)

Les produits synthétiques : C12-20, Acid Peg, 8 Esters, C21-15 benzoate, alkyle, stearate glycolique, isopropyle miristate, propylène glycolique, silicone (dimenthicone), phényle trimenthicone, cyclopentasiloxane, isohexadecane, etc.

LISEZ BIEN LES ETIQUETTES !!!!

Votre peau mérite d’être bien traitée. Remplacez progressivement vos produits cosmétiques actuels par des cosmétiques 100% naturels et BIO. Faites ensuite une détox du foie pour éliminer tous les résidus à l’intérieur. Buvez beaucoup d’eau minérale et de l’eau chaude.

La simplicité est la meilleure formule : l’automassage le matin à l’huile avant la douche et le soir, utilisez un savon ou gel-douche naturel.

Astuce naturelle pour détoxiner la peau

La sudation est le meilleur moyen de nettoyer la peau en profondeur. Pour que le traitement soit efficace, il faut également y ajouter quelques produits comme le Fango Dren de Lakshmi et de l’huile de sésame maturée (= doit avoir été chauffée 1 fois à 120°C pour la rendre pénétrante dans la peau). Quelques huiles essentielles peuvent également contribuer à nettoyer le corps et la peau des toxines. Huilez-vous quotidiennement avec le mélange suivant :

HE Artemisia ludoviciana, 0.5 ml
HE Curry feuilles, 1 ml
HE Cypriol, 0.5 ml
HE Gingerlily, 1 ml
HE Arolle, 5 ml
HE Géranium rosat, 2 ml
HV Sésame maturée, 90 ml

Gardez cette huile une dizaine de minutes avant de vous doucher à l’eau chaude, sans savon. Le mieux est de prendre un bain pour mieux ouvrir les pores de la peau.

Si vous utilisez le Fango Dren de Lakshmi, massez-vous d’abord avec le mélange ci-dessus, puis répartissez 3 cuillères à soupe de Fango sur votre corps et massez-vous jusqu’à complète absorption. Faites-vous ensuite couler un bain et restez-y une dizaine de minutes. Buvez beaucoup.

Les hydrolats, comme la Carotte ou le Ledum sont de puissants purifiants. Ajoutez 1 cuillère à soupe d’hydrolat dans 1 litre d’eau à boire la journée.

Avec tous ces conseils vous allez retrouver une peau belle à croquer et en pleine santé.

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas le partager sur vos réseaux sociaux 😉

Prenez soin de vous.
Cordialement, Alexandra Missirlian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*