La cellulite et l’Ayurveda

Qu’est-ce que la cellulite ?

source image : wikipedia

Plus qu’un problème purement esthétique, la cellulite est le reflet d’un mauvais fonctionnement métabolique. De son nom scientifique lipo-dystrophie, la cellulite concerne 90% des femmes et cela quelque soit leur âge ou leur poids. 

En effet, la cellulite peut être considérée comme un phénomène naturel d’accumulation de graisses sous la peau. Cette infiltration cutanée de graisses, localisée au niveau des zones féminines dites gynoïdes (fesses, hanches, cuisses et parfois genoux et chevilles), entraîne une augmentation importante des cellules graisseuses (les adipocytes), en nombre et en taille. 

La cellulite peut être douloureuse au pincement. Incrustée dans le derme, elle est très difficile à effacer, et ni le sport, ni les régimes ne peuvent en venir à bout complètement.

Enfin, en dehors de ces inconvénients esthétiques évidents, la cellulite est souvent accompagnée de troubles circulatoires veineux, capillaires et lymphatiques ainsi que de problèmes de rétention d’eau dus à la compression du réseau circulatoire environnant.

Une fois installée, la cellulite évolue et elle va entraîner au bout de quelques années une dégénérescence des fibres de collagène (phénomène s’assimilant au vieillissement cutané), et une aggravation des problèmes de rétention d’eau ; la cellulite est dite incrustée ou rebelle car il devient de plus en plus difficile de la traiter.

Petit rappel anatomique de la peau

En partant de la surface vers l’intérieur du corps, on trouve successivement : l’épiderme, le derme, l’hypoderme et enfin le muscle.

Le derme est d’une épaisseur de 1 à 2mm, qui contient de nombreux vaisseaux sanguins et lymphatiques.

L’hypoderme situé juste sous le derme, d’une épaisseur très variable allant de 6mm à plusieurs cm, et qui contient des cellules graisseuses, appelées adipocytes, ainsi que de quelques vaisseaux sanguins et lymphatiques.

Source image : wikipedia
(Fett en allemand = gras)

La cellulite est une augmentation de l’épaisseur de l’hypoderme, associée à une augmentation plus ou moins importante du derme selon deux mécanismes :

1) l’augmentation de la taille des adipocytes, c’est-à-dire le stockage des graisses

2) l’augmentation de l’infiltration d’eau dans les tissus, liée à une mauvaise circulation veineuse et/ou lymphatique.

Le derme comporte des lobules graisseux délimités par des cloisons parallèles et perpendiculaires à la surface de la peau ; dans le cas de la cellulite, ces lobules graisseux augmentent de volume et font saillir à la fois dans le derme, en profondeur, mais aussi en surface. Comme les cloisons inter-lobulaires ne sont pas extensibles, la peau est attirée en profondeur, ce qui donne l’aspect de « peau d’orange » ou de capitons.

La cellulite semble le témoin d’une anomalie de la régulation nerveuse, vasculaire et métabolique du tissu adipeux.

Les causes de la cellulite

  • La génétique; certaines femmes ont des prédispositions héréditaires
  • Les hormones; l’action des œstrogènes influence la micro-circulation. Ce trouble apparaît surtout lors de la puberté, de la grossesse et de la pré-ménopause
  • Différentes pathologies; les dysfonctionnements hépatiques, les troubles digestifs et autres pathologies peuvent provoquer de la rétention d’eau et créer ainsi la cellulite
  • Faiblesse vasculaire; les vaisseaux sanguins peuvent manquer d’élasticité. La circulation lymphatique mais aussi sanguine est alors compromise
  • Constipation; le côlon qui ne se vide pas régulièrement crée une pression sur les veines du bassin et bloque ainsi le retour sanguin qui provient des membres inférieurs. En plus, la stagnation des aliments, leur putréfaction et leur fermentation intoxiquent l’organisme et augmentent les toxines dans le corps.
  • Mauvaise posture; une mauvaise posture peut bloquer la fluidité de la circulation lymphatique et sanguine. Par ex. assis longtemps avec les jambes croisées bloque la circulation dans les jambes et dans le bassin, mais le fait de rester longtemps dans la même position debout sans bouger peut aussi bloquer la circulation
  • Stress; le stress influence négativement le fonctionnement des surrénales, lesquelles gèrent l’équilibre d’hydratation corporel
  • Habillement; les vêtements trop serrés et les hauts talons ont également une influence négative sur la circulation lymphatique et sanguine et contribuent à la formation de la cellulite

Les différentes phases de la cellulite

Phase œdémateuse: c’est la phase précoce dans laquelle les liquides corporels sont retenus. Le derme commence à perdre de son élasticité à cause de la présence d’œdèmes. Cette forme de cellulite s’accompagne de rétention d’eau. Les massages comme les drainages lymphatiques sont bénéfiques pour ramener l’eau dans la circulation lymphatique ce qui aura pour conséquence de dynamiser la circulation sanguine.

Phase fibreuse: dans cette phase, la cellulite devient visible et on peut apercevoir la « peau d’orange ». Le tissu perd de son élasticité, devient plus rigide et des petites « bosses » se forment. La peau est généralement plus froide et devient plus sensible au toucher. Le sang et la lymphe circulent difficilement. Les massages comme le palpé-roulé sont bénéfiques pour casser les capitons et les ramollir afin qu’ils puissent être éliminés.

Phase sclérotique: c’est le résultat final du processus de la dégénération tissulaire. Les nodules sont endurcis et endoloris. Les bosses deviennent très visibles. La circulation sanguine et lymphatique est alors compromise. Les toxines s’accumulent dans les tissus et s’y incrustent. Pour déloger les toxines, les traitements ayurvédiques qui détoxinent l’organisme sont fortement recommandés.

source image : crédit fotolia

L’Ayurvéda considère la cellulite comme une pathologie à traiter. Cela peut paraître surprenant, mais un des critères de bonne santé selon l’ayurvéda est la beauté ou l’aspect esthétique naturelle d’une personne. Le moindre bouton ou bourrelet signale déjà que des toxines se sont accumulées. Les toxines incrustées empêchent l’énergie de circuler librement et la santé est alors compromise.

Trois types de cellulite selon l’Ayurvéda

Vata a une cellulite de type fibreuse, dure au toucher, un peu violacée et douloureuse au pincement, apparaissant souvent sur la zone de la « culotte de cheval ». Avec le traitement Garshan simple, répété à une fréquence soutenue, soit 1-3 fois par semaine sur une période de 1 à 2 mois pourra en venir à bout.

Pitta a une cellulite de type aqueuse, la peau est flasque et molle, les tissus sont relâchés avec une mauvaise circulation. Les zones concernées se situent sur le ventre, les bras et entre les cuisses. Dans ma façon de pratiquer l’ayurvéda, j’ai dans ma panoplie un traitement Garshan particulier : Garshan Tonic associé aux produits Lakshmi, il gomme facilement et relativement rapidement ce type de cellulite. Pour des résultats extra-ordinaires, comptez 1 à 2 séances par semaine le premier mois, puis 1 séance tous les 10-15 jours.

Kapha a une cellulite de type adipeuse, molle, non douloureuse au pincement, située partout sur le corps sous forme d’engorgement généralisé des tissus, et particulièrement sur la zone des fesses et des hanches.  Ce type de cellulite se traite avec les cosmétiques Lakshmi Garshan Slim et un massage adéquat visant le drainage de la lymphe. À raison de 1-3 séances par semaine les 15 premiers jours, puis 1 séance par semaine pendant 1 mois, on obtient déjà d’excellents résultats.

Les conseils bien-être santé

Les traitements de la cellulite 

La cellulite est avant tout un dérèglement du métabolisme. Il faudra tenir compte de plusieurs facteurs :

Traiter le foie. Il est en grande partie responsable du métabolisme des graisses (cholestérol, triglycérides). La fatigue est déjà un signal que le foie ne fonctionne pas à son plein potentiel. Il convient de le stimuler avec des aliments ou phyto-médicaments cholérétiques et cholagogues. La plupart des légumes de saveur amère ont un effet bénéfique sur le foie (chicorée, endives, artichaut).

Drainer les émonctoires. Avoir un transit régulier et normal permet de conserver une circulation normale du bas vers le haut du corps. La constipation bloque le retour veineux et engendre des engorgements en amont (dans les jambes). Les reins éliminent les déchets métaboliques et s’ils sont ralentis, ces déchets retournent dans la circulation et encrassent le corps. En phytothérapie, on va rechercher l’effet diurétique, avec par exemple :

  • le jus bouleau active le métabolisme, draine les reins et a un effet hypocholestérolémiant
  • L’artichaut fait partie des plantes majeures pour drainer le foie
  • les ampoules de racine de pissenlit permettent de stimuler le foie, les reins avec une activité intéressante sur les intestins

Conseils Alimentaire :

  • Réduire la consommation des graisses saturées (produits laitiers, charcuterie) et augmenter l’apport des acides gras polyinsaturés dont le fameux oméga 3 (huile de lin, huile de cameline, huile d’inca inchi)
  • Réduire également la consommation de viande rouge en général et celle riche en œstrogène : poulet, veau. Préférer les viandes maigres comme la dinde
  • À noter également que les poissons de mer contiennent naturellement plus d’iode que les poissons de lacs. L’iode est un oligo-élément essentiel à la fabrication des hormones thyroïdiennes. Il faut se poser la question s’il est judicieux ou non de stimuler la thyroïde pour donner un coup de boost au métabolisme. Une consultation est préférable. Tout ce qui provient de la mer a également un taux de sodium plus important. Et le sel, on le sait, retient l’eau ! Donc à consommer avec modération tout ce qui provient de la mer : poissons, crustacés et sel.
  • Drastiquement diminuer la consommation de sucre raffiné (farine, pain, viennoiserie) et préférer les sucres lents (céréales complètes)
  • Augmenter la consommation de fibres avec des légumes verts en général qui ont un effet plutôt astringent : haricot, laitue

Hydratation : boire de l’eau chaude aide à détoxiner le tube digestif en prévenant la constipation, draine le corps en douceur et favorise une bonne circulation sanguine et lymphatique. On compte un minimum de 1.5 litres d’eau par jour. Seule l’eau hydrate le corps. Les boissons telles que les tisanes, suivant les plantes utilisées, vont avoir un effet spécifique sur l’organisme (diurétique, laxatif, calmant, drainant…). 

Les soins quotidiens

Les massages quotidiens, à raison de deux fois par jour matin et soir, désincrustent, délogent et brisent les cellules graisseuses.

  • Frotter à sec avec des gants de soie sauvage pour chauffer les tissus
  • Palper-rouler pour casser les cellules graisseuses
  • Malaxer pour déloger la graisse imprégnée dans les tissus
  • Masser avec des effleurages pour rétablir la circulation sanguine et lymphatique
  • La douche chaude ou un bain pour activer la circulation

Bouger / faire du sport

Faire de l’exercice. On ne le répétera jamais assez, il faut faire de l’exercice, mais pas de la compétition haut niveau. Une simple marche quotidienne de 30 minutes suffit pour oxygéner le corps et stimuler la circulation sanguine et lymphatique.

Aucun de ces conseils mentionnés ci-dessus pratiqués séparément ne sera efficace. Réduire une cellulite nécessite un engagement complet et traiter le problème de manière globale. Il s’agira de tout faire pour avoir des résultats.

J’espère que ces informations et conseils vous auront un peu mieux éclairés concernant la cellulite.

Si vous avez trouvé de la valeur à cet article, n’hésitez pas à le partager à votre réseau 😉

D’ici au prochain article, prenez soin de vous !

Alexandra Missirlian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*